TARDIEU Jean

[1903-1995]

Cette permanence de l’éphémère qui est la fatalité de l’être et le supplice de l’esprit.

[In : On vient chercher monsieur Jean]

« Les hommes cherchent la lumière dans un jardin fragile où frissonnent les couleurs ».

[Inscrit dans la salle Alechinsky de l’Assemblée Nationale]

 

« J’essaie en vain de rassembler
les fragments énormes d’un monde qui se disperse
et mes mains éternellement moribondes
rament dans l’air où tout se tait.»

— Les portes de l’inanimé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s