SOLLERS Philippe

Il y a un mot sublime de Casanova à l’une de ses amies, c’est le fin du fin de la sagesse :
«Je t’en supplie, sois gaie : la tristesse me tue.»
Vous pouvez vous arrêter là. Personne n’ira plus loin. Aime-toi gaiement, et aime ton prochain comme toi-même.
— Le cœur absolu, 1987

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s