SAND Georges

(1804-1876)

Georges Sand - Jardin du Luxembourg

Statue de Georges Sand au Jardin du Luxembourg à Paris

« Les chefs-d’oeuvre ne sont jamais que des tentatives heureuses. »
— François le Champi

« Chagrin d’enfant et rosée du matin n’ont pas de durée. »
— Ibid.

« L’automne est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l’hiver. »
— Ibid.

« La société ne doit rien exiger de celui qui n’attend rien d’elle. »
— Indiana

« Le vrai est trop simple, il faut y arriver toujours par le compliqué. »
— Correspondance

« L’homme qui a un peu usé ses émotions est plus pressé de plaire que d’aimer. »
— Ibid.

« On n’accepte en réalité la vieillesse et la mort qu’à l’heure où elles arrivent. »
— Le marquis de Villemer

« Laissez-moi fuir la menteuse et criminelle illusion du bonheur ! Donnez-moi du travail, de la fatigue, de la douleur et de l’enthousiasme. »
— La Comtesse de Rudolstadt

« Le désir est beaucoup, la possession peu de choses.»
— Histoire de ma vie

« Il se disait vaguement que l’amour eût pu le consoler, en venant le surprendre, car l’amour ne console pas autrement. On ne le trouve pas quand on le cherche ; il vient à nous quand nous ne l’attendons pas.»
— La mare au diable

« Le pardon est une chose humiliante quand il n’est pas la réconciliation de tout l’être qui l’accorde.»
— Constance Verrier – 1860

« Il n’y a d’homme accompli que celui qu’on aime.
— Ibid.

« Toute vertu sans modestie est provocation, comme toute résistance sans conviction est grimace.»
— Un bienfait n’est jamais perdu – 1872

« Le repos est un rêve ; la vie est un orage.»
— Tamaris – 1862

« Aimons, souffrons, risquons et acceptons tout gaiement, ou tuons-nous tout de suite, car elle n’est pas ailleurs que dans la mort, votre dame tranquillité ! C’est la chaste épouse qui nous attend dans le tombeau, et je vous réponds que nous l’y trouverons bien vierge, car nous n’aurons pas aperçu sa figure durant notre vie.»
— Ibid.

« Laissez-moi fuir la menteuse et criminelle illusion du bonheur. Donnez-moi du travail, de la fatigue, de la douleur et de l’enthousiasme.»
— La comtesse de Rudolstadt

« Le parfum de l’âme, c’est le souvenir. C’est la partie la plus délicate, la plus suave du cœur, qui se détache pour embrasser un autre cœur et le suivre partout. L’affection d’un absent n’est plus qu’un parfum, mais qu’il est doux ».
— Lettres d’un voyageur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s