REVERDY Pierre

[1889-1960]

J’ai tellement besoin de temps pour ne rien faire qu’il ne m’en reste plus pour travailler.
[In : Le livre de mon bord]

Le moi est haïssable. Aimer le prochain comme soi-même, c’est tout dire.
[Ibid.]

La poésie est à la vie ce qu’est le feu au bois. Elle en émane et la transforme.
[Ibid.]

Mais au fond, il n’y a pas d’amis, il n’y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l’amitié s’évanouit.
[Ibid.]

Rien ne vaut d’être dit en poésie que l’indicible, c’est pourquoi l’on compte beaucoup sur ce qui se passe entre les lignes.
[Ibid.]

Il faut prendre très tôt de bonnes habitudes, surtout celle de savoir changer souvent et facilement d’habitudes.
[Ibid.]

Vieillir, c’est aussi savoir combien de choses peut emporter le vent.»
[In : Notes]

La caresse est le produit d’un long polissage de la bestialité.
[in : En vrac]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s