MONOD Jacques

« Le hasard pur, le seul hasard, liberté absolue mais aveugle, à la racine même du prodigieux de l’évolution, cette notion centrale de la biologie moderne n’est plus aujourd’hui une hypothèse, parmi d’autres possibles ou au moins concevables. Elle est la seule concevable, comme seule compatible avec les faits d’observation et d’expérience. »
– Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne, éditions du Seuil, 1970

« L’ancienne alliance est rompue ; l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres. »
– Ibid.

NB : Le titre de l’ouvrage est inspiré d’une citation attribuée à Démocrite (mais Démocrite n’ayant été cité que par ses contemporains, il y a un doute sur sa validité) : « Tout ce qui existe dans l’univers est le fruit du hasard et de la nécessité ».