LANDSHEERE (De)

Gilbert de Landsheere
[1921-2001]
Professeur à l’Université de Liège

Prof. Gilbert De Landsheere was born in Belgium in 1921. He was selected as the recipient of the « 1988 José Vasconcelos World Award of Education » in recognition to his 40 year fight to upgrade teacher education for all levels of instruction. His continuous effort to develop European empirical education research in order to influence the whole art of teaching is also quite notable.
The Official Awarding Ceremony took place on November 19, 1988 in México City with the collaboration of the National Polytechnic Institute.

 

Toute décision en matière d’éducation est indissociable des jugements de valeur et des réalités économiques et sociales. Ne fût-ce que par réalisme, les options humanistes et démocratiques s’imposent, car seuls ces deux idéaux sont garants de progrès et donnent l’espoir d’éviter des mouvements sociaux qui pourraient se solder par un désastre.

En revanche, si la raison et la justice triomphent, la civilisation nouvelle qui émerge pourrait dépasser en qualité et en noblesse tout ce que l’humanité a connu jusqu’à présent.

[In : Défi de l’Education – p. 45]

Dans une mesure qu’il est impossible de préciser, la pédagogie est encore un mélange de science, d’art et de folklore.(…) Une science pure, l’éducation ne le sera jamais. Mais cette limitation, d’ailleurs réjouissante pour l’avenir de notre espèce, ne justifie pas un abandon aveugle au hasard de l’inspiration, au «bon sens» et à la tradition. Partout où la science peut efficacement aider l’action éducative, c’est-à-dire notre effort concerté pour un meilleur épanouissement de l’enfant et de l’adulte, nous devons l’accueillir.

[In : Introduction à la recherche en éducation – 1982]

Une théorie scientifique universelle de l’éducation ne peut exister. D’abord parce que, en ce domaine, les jugements de valeur finissent toujours par l’emporter sur l’appréciation objective. Ce sont donc plutôt des théories qu’il faut rechercher pour les mettre au service de la réalisation des fins et des buts choisis a priori. Ensuite parce que, en éducation, il n’existe pas d’expériences cruciales établissant un acquis de signification universelle. Selon le contexte dans lequel ils opèrent, les chercheurs observent différentes facettes ou parcelles d’une même réalité et arrivent donc normalement à des conclusions parfois très différentes tout en ayant éventuellement tous raison. Il importe donc de s’attacher à l’étude de modalités particulières, à leurs relations et à leurs interactions, pour dégager peu à peu une meilleure connaissance des phénomènes.

L’avancement de la connaissance scientifique en éducation ne vise donc pas premièrement à constituer une science, mais à armer aussi scientifiquement que possible une pratique.

[In : La recherche en éducation dans le monde – 1986]


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s