# Laïcité

Affiche au siège du GODF rue Cadet à Paris

«La laïcité, c’est la disponibilité universelle du patrimoine humain, c’est la loi qui veut que chaque homme soit maître de son bien et que son bien se trouve partout où il y a des hommes.»
[Robert Escarpit • In : École laïque, école du peuple – 1961]

«La laïcité est une valeur essentielle, avec ce souci de la liberté de conscience et de l’égalité de tous les hommes, qu’ils soient croyants, athées ou agnostiques. L’idéal laïc n’est pas un idéal négatif de ressentiment contre la religion. C’est le plus grand contresens que l’on puisse faire sur la laïcité que d’y voir une sorte d’hostilité de principe à la religion. Mais c’est un idéal positif d’affirmation de la liberté de conscience, de l’égalité des croyants et des athées et de l’idée que la loi républicaine doit viser le bien commun et non pas l’intérêt particulier. C’est ce qu’on appelle le principe de neutralité de la sphère publique.»
[Henri Pena-Ruiz]

«Il faut à une vie, une religion laïque ou mystique, une grande idée, une foi, même si cette foi est faite d’un universel doute… ou bien, il faut être tout à fait un imbécile et les imbéciles sont très malheureux.»
[Alexandra David-Néel]

«La religion est une affaire entre chaque homme et la divinité.»
[Pierre Bayle • 1647-1706]

«La bonne foi est une vertu essentiellement laïque, qui remplace la foi tout court.»
[André Gide / 1869-1951 • In : Journal 1889-1939 / 13 décembre 1927]

«Ce qui manque le plus à l’instruction laïque, c’est qu’elle n’enseigne pas à mourir.»
[Rémy de Gourmont • In : Dernières pensées inédites]

«Il est temps de dire que la laïcité ne peut être cantonnée à un mode d’organisation sociale. Elle est porteuse d’un idéal, celui de l’individu – citoyen qui sait qu’il n’y a de savoir-vivre collectif que dans la confrontation librement débattue de convictions individuelles. Celui, également, de la durée assumée au travers de l’affirmation d’une aptitude permanente à tirer des leçons de l’histoire les éléments de construction d’un présent acceptable et d’un futur qui conserve sa place au rêve.»
[Jean-Michel Ducomte • In : La laïcité]

«Le grand tournant de l’histoire sera le moment où l’homme prendra conscience que le seul Dieu de l’homme est l’homme lui-même.
(…) Le tournant nécessaire de l’histoire est donc cette confession et cet aveu franc que la conscience de Dieu n’est rien d’autre que la conscience de l’espèce, que l’homme ne peut et ne doit s’élever qu’au-dessus des limites de son individualité ou personnalité, mais non pas au-dessus des lois et des déterminations fondamentales de son espèce, que l’homme ne peut concevoir, pressentir, imaginer, sentir, admettre, vouloir, aimer et vénérer aucun autre être comme être absolu et divin que l’être humain.»
[Ludwig Feuerbach • 1804-1872 • In : L’Essence du christianisme]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s