CONSTANT Benjamin

Prions l’autorité de rester dans ses limites ; qu’elle se borne à être juste. Nous nous chargerons d’être heureux.
— De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes

L’obéissance à la loi est un devoir ; mais, comme tous les devoirs, il n’est pas absolu, il est relatif : il repose sur la supposition que la loi part d’une source légitime et se renferme dans ses justes bornes. Aucun devoir ne nous lierait envers des lois qui non seulement restreindraient nos libertés légitimes et s’opposeraient à des actions qu’elles n’auraient pas le droit d’interdire, mais qui nous en commanderaient de contraires aux principes éternels de justice et de pitié, que l’homme ne peut cesser d’observer sans démentir sa nature.
— Principes de politique

Les dépositaires du pouvoir ont une disposition fâcheuse à considérer tout ce qui n’est pas eux comme une faction. Ils rangent quelquefois la nation même dans cette catégorie.
—De la doctrine politique qui peut réunir les partis en France

La multiplicité des lois flatte dans les législateurs deux penchants naturels, le besoin d’agir et le plaisir de se croire nécessaires.
— Cours de politique constitutionnelle

Le droit à l’insurrection n’appartient à personne, ou il appartient à tous. Aucune classe ne peut faire de l’insurrection un monopole.
— Discours, entretiens et autres sources

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s